Contrat AESH : obligations de l’employeur pour les élèves en situation de handicap avec troubles du langage écrit

Le contrat d’AESH (Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap) est un dispositif mis en place par le gouvernement français pour assurer une meilleure prise en charge des élèves en situation de handicap dans le milieu scolaire. Parmi ces élèves, ceux souffrant de troubles du langage écrit nécessitent une attention particulière et adaptée. Cet article se propose d’explorer les obligations de l’employeur en ce qui concerne ces élèves et les mesures mises en place pour favoriser leur réussite scolaire.

Les missions et responsabilités de l’AESH

L’AESH est un professionnel chargé d’accompagner les élèves en situation de handicap dans leur parcours scolaire. Son rôle consiste à faciliter leur intégration, à favoriser leur autonomie et à contribuer à leur épanouissement personnel et social. En ce qui concerne les élèves présentant des troubles du langage écrit, l’AESH doit mettre en œuvre des stratégies spécifiques et adaptées pour pallier ces difficultés.

Parmi ses missions, l’AESH doit notamment :

  • Soutenir l’élève lors des temps d’apprentissage, en l’aidant à comprendre les consignes, à organiser son travail et à prendre des notes
  • Favoriser la communication entre l’élève et les autres membres de la communauté éducative (enseignants, personnel de vie scolaire, etc.)
  • Adapter les supports pédagogiques et les outils de travail en fonction des besoins spécifiques de l’élève (police de caractère adaptée, logiciels d’aide à la lecture et à l’écriture, etc.)
  • Participer aux réunions d’équipe éducative pour faire le point sur la situation de l’élève et contribuer à l’élaboration de son projet personnalisé de scolarisation (PPS)
A lire  Interdit bancaire : Comprendre, gérer et sortir de cette situation

Le recrutement et la formation des AESH

Les employeurs des AESH, qui sont généralement les établissements scolaires publics ou privés sous contrat, ont un rôle crucial dans la prise en charge des élèves en situation de handicap avec troubles du langage écrit. En effet, ces employeurs doivent veiller à recruter des professionnels compétents et formés pour répondre aux besoins spécifiques de ces élèves.

Pour être recruté en tant qu’AESH, le candidat doit :

  • Être titulaire d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne (DEAVS, DEAES, etc.) ou justifier d’une expérience professionnelle dans ce secteur
  • Fournir un extrait de casier judiciaire vierge
  • Réussir un entretien d’embauche visant à évaluer ses compétences et sa motivation pour le poste

Une fois recruté, l’AESH doit bénéficier d’une formation initiale lui permettant d’acquérir les compétences nécessaires pour accompagner les élèves en situation de handicap, notamment ceux présentant des troubles du langage écrit. Cette formation est généralement organisée par l’employeur en collaboration avec les services départementaux de l’Éducation nationale.

Par ailleurs, l’employeur doit veiller à ce que l’AESH puisse bénéficier d’un suivi et d’un accompagnement tout au long de son parcours professionnel, afin de favoriser la montée en compétences et l’adaptation aux besoins spécifiques des élèves qu’il accompagne.

Les conditions de travail et le temps de travail des AESH

L’AESH est recruté sous la forme d’un contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI), selon les besoins de l’établissement scolaire. Son temps de travail est défini en fonction du nombre d’heures d’accompagnement nécessaires pour chaque élève qu’il prend en charge, avec un maximum de 1 607 heures par an. Il est important que l’employeur respecte ces limites, afin de garantir la qualité de l’accompagnement proposé aux élèves et le bien-être professionnel de l’AESH.

A lire  Guide juridique: Comment obtenir la citoyenneté américaine

L’AESH peut également être amené à travailler en équipe avec d’autres professionnels (enseignants, psychologues scolaires, etc.) dans le cadre d’une prise en charge globale et coordonnée des élèves présentant des troubles du langage écrit. L’employeur doit veiller à ce que ces collaborations se déroulent dans les meilleures conditions possibles, en favorisant la communication et le partage d’informations entre les différents acteurs.

Le suivi et l’évaluation des AESH

Pour assurer la qualité de l’accompagnement proposé aux élèves en situation de handicap avec troubles du langage écrit, il est essentiel que l’employeur des AESH mette en place un dispositif de suivi et d’évaluation de leur travail. Ce dispositif peut notamment prendre la forme :

  • D’entretiens réguliers avec l’AESH pour faire le point sur sa pratique professionnelle et identifier ses besoins en termes de formation ou d’accompagnement
  • D’une évaluation annuelle des compétences de l’AESH, réalisée par un référent pédagogique ou un membre de l’équipe de direction
  • D’un recueil des observations et des retours des enseignants, des élèves et de leurs familles sur le travail de l’AESH

En mettant en œuvre ces différentes mesures, les employeurs des AESH contribuent grandement à favoriser la réussite scolaire et personnelle des élèves en situation de handicap avec troubles du langage écrit.

En conclusion, le contrat AESH est un dispositif essentiel pour répondre aux besoins spécifiques des élèves en situation de handicap, notamment ceux présentant des troubles du langage écrit. Les employeurs ont un rôle crucial à jouer dans le recrutement, la formation, le suivi et l’évaluation des AESH, afin de garantir la qualité de l’accompagnement proposé et favoriser la réussite scolaire de ces élèves.

A lire  Le permis accéléré : législation et enjeux pour les candidats